Skip to main content

Message à Jean-Charles

Mon Cher Jean-Charles,

Comme je suis certain que tu as l’ADSL là-haut, tu pourras lire ce petit mot sans problème.

Cela fait 2 ans que tu as changé de cap sans nous prévenir ; je dois t’avouer que nous t’en avons beaucoup voulu, sur le moment. Mais, connaissant tous les projets que tu avais, nous avons été obligés de réaliser que tu ne l’avais pas fait exprès.

Cela n’empêche pas que le vide que tu as laissé ne se comble pas malgré le temps qui est censé servir à ça.

Nous essayons donc, chacun à notre façon de continuer certaines choses que tu avais entreprises, certainement avec moins de panache ou de facilité, mais avec détermination. Tu as dû retrouver ton copain Jacques de Ibiza, l’artiste aux chiens, qui n’avait pas non plus décidé de partir jusqu’à son accident stupide.

De toute façon, je ne t’apprends rien que tu ne saches déjà, comme lorsque tu nous surveillais lors d’une sortie sous la pluie au Lédenon

Nous continuons à essayer de mieux nous conduire, mais il m’est toujours difficile de tenir un travers plus que quelques dizaines de mètres, mais je m’entraîne, l’hiver sur la neige (oui, je sais en Alpine!) et j’espère progresser malgré les années qui avancent et sont censées rendre plus prudent.

Ta présence et ton absence continuent à nous peser, mais elles nous accompagnent et nous font parfois nous demander ce que tu aurais fait dans telle situation particulière où nous nous retrouvons et cela nous aide, et pas seulement sur la piste.

A+, là-haut, une fois…

Le 14 janvier 2005 / CRF